• labeille57

Bretagne: la route des phares.

Dernière mise à jour : 24 avr.


Voir quelques phares mythiques de Bretagne était un vieux projet. Nous avons commencé notre périple (il n'y a pas de touristes en mars) sur la presqu'île de Crozon, au Cap de la Chèvre, puis la pointe de Dinan et de Pen Hir. Le premier phare, celui du Toulinguet, est inaccessible car situé sur un terrain militaire entouré d'un haut mur...ça commence bien!

Direction le goulet de Brest, et le phare du Petit Minou. Il sécurise l'entrée de la rade de Brest.

Face à la mer d'Iroise, le phare de la pointe de Saint Mathieu, bout de terre le plus à l'ouest de l'hexagone. 40 km de portée, 37 mètres de haut.

Plus loin, le Conquet avec le phare de Kermorvan, face à Molène et Ouessant où nous irons passer quelques jours.




Du port du Conquet nous avons pris la navette qui fait la liaison avec Molène et Ouessant. Naviguer dans ces eaux est impressionnant ; c'est une affaire de spécialistes, même par beau temps. Il y a des cailloux et récifs partout. Tous ces îlots et îles sont classés et font partie du parc naturel régional d'Armorique.

Avant d'arriver à Ouessant, le célèbre passage du Fromveur et le phare de Kéréon:







L'arrivée à Ouessant est balisée par l'immense tour du CROSS où les militaires de la Marine Nationale veillent sur l'autoroute maritime qui passe au large. Ici les naufrages et marées noires sont encore bien présents dans les mémoires.

Nous avons passé trois jours à sillonner l'île à pied. Il y a cinq phares à observer. Nous avons fait l'impasse sur les vélos. Beaucoup d'endroits du sentier côtier, accidentés, ne sont pas accessibles autrement et c'est heureux.

Un ciel immuablement bleu, pas de tempête à l'horizon (hélas)...malgré cela l'endroit est magique et l'hébergement chez l'habitant hors normes.


Même par tempête de ciel bleu le spectacle est garanti








Le phare du Stiff: construit par Vauban, 32 mètres , 44km de portée. La grosse tour était la réserve de charbon et de bois qui servait à le faire fonctionner, l'escalier étant dans la seconde tour. Il servait également de poste de guet pour surveiller l'anglais!













Le phare du Créac'h, 54m, 59km de portée, balise l'entrée dans la Manche. Abrite à son pied le musée des phares et balises. Nous n'avons pas pu le visiter, il est fermé les vendredi et samedi !!!?
















Le phare du Nividic: 35m. Construit de 1912 à 1936. Les récifs et les courants violents ne permettaient que d'ériger 50m3 de maçonnerie par an. Deux tours en béton servaient à soutenir un câble et un téléphérique pour le gardien. Rien n'a résisté. On distingue au sommet du phare une plateforme pour hélicoptère et il fonctionne maintenant avec des panneaux solaires.


Au large, le célèbre phare de la jument. Sécurise depuis 1911 le passage du Fromveur. Allez lire son histoire, c'est passionnant.

Il faudra revenir regarder le spectacle un jour de tempête! là il fait beau....






De retour d'Ouessant, nous continuons notre périple sur la côte. Non loin de la pointe de Corsen, le phare du Trézien situé lui au beau milieu du village non loin du CROSS-Corsen.

37 mètres.




Puis le phare du Four. 28 m. Connu pour ses images de déferlantes. Le rocher sur lequel il est construit génère d'énormes vagues

Le phare de l'île Vierge.77m, 52km de portée. Le phare blanc est l'ancien édifice. Bâti sur une île qui est un ancien sanctuaire celtique

Ménéham, la maison du garde et le phare de Pontusval. La dernière gardienne a quitté ses fonctions en 2003 mais habite toujours dans la maison du phare.


Non loin du phare, nuit au bord d'une plage... !


Direction Roscoff et un bateau navette pour l'île de Batz. Elle se parcourt à pied tranquillement. Très belle. Nous bavardons avec un paysan à la retraite qui nous explique que toute l'agriculture de l'île est en bio mais que les autochtones sont petit à petit évincés...80% des maisons sont des résidences secondaires ! Le phare au sommet de l'île n'est pas le plus beau, mais les sauveteurs se font respecter !




Une des maisons les plus photographiées de Bretagne...

Le phare de l'Ost-Pic signale l'entrée de Paimpol et est bâti sur les îlots de Mez de Goëlo que surplombe...

...la pointe de Bilfot et notre bivouac au sommet de la falaise. Ce soir nous ne sommes pas seuls...une douce odeur "d'herbe" berce le coucher de soleil ! Ce n'est pas Saigon et sa jonque chinoise, mais il y a une similitude....

Le dernier phare de notre périple: le Cap Fréhel, endroit très connu des ornithologues . Les falaises ne sont pas encore très habitées, nous sommes trop tôt en saison. Le phare fait 33m et est à 100m au dessus du niveau de la mer. Il sécurise l'approche de Saint Malo.

Le voyage se termine à Cancale où nous ne nous privons pas d'aller déguster des huitres sur le port.


15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

JURA